Gérard Sebaoun s’exprime sur son changement de commission

Publié le

Gérard SEBAOUN s’est exprimé dans un reportage diffusé au journal télévisé de 20h de France 2, le 1er octobre 2014, sur son transfert de la commission des affaires sociales vers celle des affaires étrangères.


JT 20h France2 : Gérard Sebaoun, député PS du… par gerardsebaoun
 

Il s’est également expliqué plus longuement dans le media local Vonews :

Assemblée Nationale : les frondeurs valdoisiens priés de changer de commission

Rédigé le 30/09/2014

Plusieurs élus frondeurs ont été évincés de leur commission parlementaire ce mardi. Parmi eux, deux députés valdoisiens, Gérard Sebaoun et Jean-Pierre Blazy, qui s’étaient abstenus lors du vote de confiance à Manuel Valls. Le premier passera des affaires sociales aux affaires étrangères, quand le maire de Gonesse devra rejoindre la commission défense à la place de la commission des lois. 

 « Je n’ai rien demandé ! » Apprenant sa mise à l’écart de la commission des affaires sociales, dans laquelle il officiait depuis deux ans, Gérard Sebaoun ne cache pas sa déception. « Je souhaitais rester », affirme l’élu du Val d’Oise qui devra, comme quatre autres élus de sa commission, changer d’affectation. De quoi parler d’une sanction ? « Ce n’est pas une bonne nouvelle sur le plan parlementaire », se désole-t-il. Et pour cause, l’examen du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) doit débuter prochainement. S’il pourra assister aux commissions, le député perd cependant son droit de vote. Un privilège qui sera accordé aux nouveau membres de la commission, favorables au gouvernement.

Même constat pour Jean-Pierre Blazy. « C’est une sanction », tranche d’entrée le maire de Gonesse, qui ajoute : « La discussion de ce matin au groupe ne fait aucun doute ». L’élu ne digère toujours pas sa mise à l’écart. Une méthode « pas à la hauteur » pour le député qui ne regrette pas son abstention lors du vote de confiance. « Nous considérons que le président et le Premier ministre se sont écartés de engagements de 2012, d’où les sanctions électorales ». Et d’ajouter : « Cette sanction sonne comme un aveu d’impuissance ». 

« La commission des lois m’a missionné pour remettre un rapport »

Gérard Sebaoun, qui voit dans la décision de Bruno Le Roux, président du groupe socialiste, « une marque d’autorité », estime que celle-ci ne « change rien au débat de fond ». L’élu assure par ailleurs que les frondeurs ne sont pas opposés aux économies nécessaires mais veulent pouvoir débattre des « pistes »retenues pour éviter des « coups de rabot ». « Nous devons être solidaire du groupe, mais nous ne sommes pas d’accord sur le fond économique. On l’a exprimé », explique le député. Celui-ci réclame le droit de pouvoir travailler en commission. « Je n’entend pas être privé de ce rôle là », prévient-il. L’élu devra cependant s’adapter aux affaires étrangères. « C’est un réapprentissage d’une manière de travailler, sur un sujet sur lequel je n’ai pas forcement de compétences. C’est dur en milieu de mandat ». 

 A l’instar de Gérard Sebaoun, Jean-Pierre Blazy entend pouvoir continuer son travail. « La commission des lois m’a missionné pour remettre un rapport. Je dois pouvoir terminer mon travail et j’espère que l’on ne m’empêchera pas de le faire », insiste-t-il, dénonçant une décision « incohérente et injuste ». Revenant sur son abstention lors du vote de confiance, l’élu évoque « un vote de loyauté envers les engagements de 2012 ». S’il affirme souhaiter le succès du quinquennat de François Hollande, le député de Gonesse n’a pas pour autant l’intention de défendre une politique à laquelle il n’adhère pas. « Un député doit voter en sa propre conscience », justifie-t-il.

http://www.vonews.fr/article_26567-assemblee-nationale%a0%3a-les-frondeurs-valdoisiens-pries-de-changer-de-commission

 

sebaoun France2

Mots-clés :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *