Commémoration du 19 mars 2013

Publié le

Gérard SEBAOUN a participé, au Monument aux morts d’Eaubonne, à la commémoration du 19 mars 1962 qui célèbre le cessez-le-feu en Algérie (Journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc). Ci-dessous, en compagnie de François BALAGEAS :

 

19 mars commemoration sebaoun

 

Message de Kader ARIF, ministre délégué auprès du ministre de la défense, en charge
des anciens combattants :

Le 6 décembre 2012 fut adoptée la loi relative à la reconnaissance du 19 mars comme journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc.
C’est le 19 mars que fut adopté le cessez-le-feu de l’un des conflits les plus douloureux de l’histoire de notre pays. Ce jour-là, certains se dirent « c’est fini », d’autres connurent le désarroi. Des jeunes Français évitèrent la mobilisation, d’autres commencèrent à entrevoir un retour dans leur famille.
Mais ce jour de soulagement pour beaucoup, de tristesse pour d’autres, ne signa pas la fin des drames et des horreurs. La France n’oublie pas les hommes, femmes, enfants, dont le destin fut bouleversé après cette date.
Aujourd’hui, la France rend hommage à toutes les victimes. A ces jeunes engagés ou appelés, projetés brutalement dans la guerre. Beaucoup y perdirent la vie. Les autres en revinrent marqués, dans leur chair et plus encore dans leur esprit.
La France rend également hommage aux victimes civiles. Nous disons la tristesse de la Nation qui en ce jour pleure ses morts. L’État est, et restera, aux côtés des victimes et de leur famille. Plus de 50 ans après la fin de cette guerre, c’est désormais une mémoire apaisée qui doit être recherchée. Respect, solidarité, rassemblement, telle est la perspective dans laquelle doivent se placer les acteurs et témoins de cette période, et l’ensemble des Français avec eux.
La cérémonie qui nous réunit aujourd’hui s’inscrit dans cette perspective. Elle permet d’avancer dans le travail de mémoire. Elle encourage la transmission à l’égard des jeunes, qui seront demain les porteurs de notre mémoire réconciliée, entre Français d’abord, entre Français et Algériens également.
Pour que l’avenir soit celui de la réconciliation et de la paix, rendons hommage aux victimes. Nous ne les oublions pas.

Mots-clés :


Un commentaire pour “Commémoration du 19 mars 2013

  1. Une date neutre et ne prêtant à aucune controverse avait été choisie pour honorer la mémoire de tous les morts militaires et civils de cette guerre fratricide.
    IL n’y avait aucune raison sérieuse de revenir sur ce choix. En voulant faire du 19 mars, un jour de commémoration officielle, on a cédé à la pression d’une association d’AC qui est très marquée à gauche et loin d’être majoritaire et on
    a ravivé la guerre des mémoires au lieu de contribuer à l’apaisement et à la guérison des blessures. C’est infiniment regrettable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *