Commentaires sur Les petits cadeaux empoisonnés du Noël de la droite départementale

Publié le

Jerome_ChartierAxel_PoniatowskiDelattreFrancois_ScellierArnaud_Bazin
   Jérôme Chartier      Axel Poniatoxski         Francis Delattre          François Scellier        Arnaud Bazin

“Le Maire de Franconville ment comme il respire”

Telle est l’affirmation de François Scellier, député UMP et conseiller général de Saint-Gratien, ancien Président du Conseil général qui règle ses comptes ce matin dans le Parisien avec son collègue franconvillois. Lire l’article en cliquant sur le lien ci après : Scellier vs Delattre Le Parisien 25 12 08
Il y a 8 jours, la sortie de Francis Delattre contre ses amis du groupe UVO (UMP départementale) a bruissé bien au delà du plateau de VOTV http://www.vonews.fr et du Parisien. Ce fut avec le budget 2009 l’un des sujets de conversation phare au Conseil général.

Les membres de “l’amicale bouliste”, la bien nommée UVO, par l’ancien député candidat à la Présidence du département en 2011 sont très remontés. Ils ne disent pas que des amabilités sur son compte mais ils le craignent tout autant qu’ils savent déjà (sans le dire) qu’aucun d’entre eux n’aura la capacité de s’opposer au trio Chartier – Poniatowski – Delattre.

Ce dernier a tiré un bilan sans appel de la Présidence Scellier, notamment sur l’endettement explosif du département, et nous lui laissons la responsabilité de ses propos.
Il a tiré à vue sur les premières mesures de la gauche, en citant abondamment votre serviteur “Gérard Sebaoun”, responsable pour la majorité du dispositif “Resto’collège” [Instauration du quotient familial dans les collèges] et de la modification des dispositifs de Prévention et de Sécurité, montrant ainsi qu’il était déjà en campagne pour 2011.

Je répondrai aux contre-vérités énoncées avec l’aplomb qui le caractérise, sur la sectorisation des collèges notamment. C’est un sujet à la fois très technique et politiquement très sensible. Chacun n’a pas nécessairement en tête de satisfaire l’intérêt général, et selon qu’ils participent à ces réunions de travail, qu’ils échangent avec les familles dans leurs communes respectives, ou qu’ils s’en servent (c’est le cas de Francis Delattre) pour faire monter la mayonnaise politicienne, les propos tenus par les élus peuvent être à géométrie variable et contradictoires. Explications :

  • Le département a en charge la sectorisation des collèges depuis la loi de décentralisation de 2004, en clair, comment répartir les élèves des écoles dans leur futur collège. La proximité est évidemment privilégiée mais aussi l’équilibre social, le nombre des élèves accueillis, l’attractivité ou pas des établissements, le développement des communes et notamment leurs projets d’habitat; bref de nombreux paramètres sont croisés.

  • Munis de ces données, le Conseil général propose en partenariat avec l’Inspection académique des scenarii qui débouchent sur des réunions de travail avec les élus des villes concernées pour recueillir leur sentiment, prendre en compte leurs critiques et leurs demandes, avancer ensemble vers des propositions satisfaisantes pour l’ensemble des parties.

  • Plutôt que de commenter des sornettes, je mettrai en ligne le compte rendu des 2 réunions sur la sectorisation au niveau de la communauté de communes du Parisis pour que chacun soit au même niveau d’information.

  • Si je devais résumer d’un mot, les conclusions de ces réunions : “ne touchons à rien” mais chacun exprime beaucoup de besoins !

Cette droite abattue qui se déchire doit nous obliger à faire plus et mieux dans un temps court qui ne soit pas celui du temps électoral avec 2011 dans le viseur.

Nos décisions inscrivent le département dans le développement de l’Ile de France. Quels que soient les contours encore flous de la Région capitale, de Paris-Métropole, du Grand-Paris…au delà de l’appelation retenue, nous devons en être acteurs. C’est tout le sens des premières actions de la Présidence Arnal sur ce dossier majeur afin de nous replacer dans un jeu compliqué dont nous étions totalement absents.

Autre volonté affirmée pour avancer, initier une politique de contractualisation afin de rompre avec la politique de guichet éminemment clientéliste instaurée par la précédente gouvernance. C’est un bouleversement salutaire qui rencontre déjà et rencontrera encore bien des réticences. C’est une réforme indispensable qui doit se faire dans la concertation, mais qui se fera. Face à ces innovations, les Maires à la double casquette (municipale et départementale) nous apportent leur expérience tout en étant par nature “attentifs” pour ne pas dire “frileux” face aux éventuelles modifications des dispositifs existants. Cette réaction est inhérente à leur fonction qui les oblige à anticiper les aides départementales (et autres) pour bâtir leurs projets municipaux.

Bref une majorité qui travaille, consciente des difficultés du moment, et qui demandera à être jugée le moment venu sur son bilan et sur les perspectives d’avenir qu’elle a commencé à tracer pour le Val d’Oise.

    


Les commentaires sont fermés