Commentaires sur A Goussainville, “Le poisson pourrit par la tête” !

Publié le

T_te_de_poisson Empruntée à www.triboulon-bardamus.com.
J’ai vécu en direct samedi matin une illustration de ce proverbe chinois. L’inauguration du
quatrième collège de Goussainville, un collège unique en France à la pointe de la technlogie numérique, a été un vrai succès, avec beaucoup de monde autour d’une équipe éducative attentive et des élèves pilotes fiers de nous faire découvrir leur établissement. Dans ce tableau de satisfaction partagée, deux ombres se sont glissées.

La première, au travers d’un communiqué de l’ancienne majorité de droite qui revendiquait haut et fort la paternité du collège. Faudra-t-il désormais équiper nos collèges de signes distinctifs “génétiques” pour les afficher de droite ou de gauche. C’est absurde et d’autant plus absurde que personne, ni le Président Arnal, ni moi même, n’avons jamais revendiqué être à l’origine de ce collège. Mais oui, il revenait au Président du Conseil général en charge de donner toute sa dimension à l’évènement et d’inaugurer ce collège. Quoi de plus naturel dans la continuité démocratique de nos collectivités. Didier Arnal a d’ailleurs pris soin de rappeler dans son discours que l’initiative revenait à son prédécesseur François Scellier. Encore une fois, c’est une mauvaise pioche de la droite qui ne sait plus que faire pour se faire remarquer.

La seconde est plus grave et à Goussainville, le poisson pourrit par la tête. Lors de son intervention, le Maire de la ville a cru bon de décocher des flèches contre la majorité du Conseil général au prétexte que le Président avait choisi le nom de Georges Charpak contre son avis et celui majoritaire du CA du collège. Il aurait du se souvenir avant d’éructer, que la décision revient de droit au Président du Conseil général *.
Mais il y a pire, il a inscrit sa très médiocre intervention à la suite de la lecture émouvante par plusieurs jeunes collégiens de paroles de Georges Charpak résumant sa vie et reprises d’un interview paru dans le Nouvel Observateur. L’histoire de ce physicien d’exception, prix Nobel en 1992 est exceptionnelle. Elle honore le collège et la ville, et elle est exemplaire pour tous les jeunes. Le contraste entre cette “geste” et les propos indigents et violents de ce triste Maire était telle que je n’ai pu m’empêcher de l’interrompre d’une phrase : “Quelle médiocrité” ai-je dit ! L’instant de stupeur passée, s’en est suivi un court échange très vif, avant que le poisson ne quitte le pupitre.

* Lors de notre première visite au 4ème collège de Goussainville (pas encore nommé) avec le Président et en compagnie du Maire, nous avions évoqué avec ce dernier le nom du physicien Georges Charpak, et celui ci avait semblé retenir son attention. C’est à la suite de cette visite que nous nous sommes rapprochés par courriel du professeur Charpak afin de recueillir son accord, ce qui fut fait. Mais cela, c’était avant l’invalidation de l’élection d’Antoine Casula et la mise en place d’une polémique téléguidée avec l’introduction du nom de l’ancienne Ministre et spationaute Claudie Haigneré (femme très estimable au demeurant) – CQFD.

    


Les commentaires sont fermés